logo COMBAT OUVRIER
Organisation communiste révolutionnaire (trotskiste)
Combat Ouvrier est une organisation communiste révolutionnaire qui milite principalement dans les vieilles possessions françaises de Guadeloupe et de Martinique en Caraïbes. Elle est aussi membre de l'UCI (Union Communiste Internationaliste). Vous pouvez en savoir plus sur l' UCI en cliquant ici . Vous pouvez aussi consulter le site de l'organisation soeur Lutte ouvrière , également membre de l'UCI dont la représentante la plus connue est Arlette Laguiller.


Réunion publique de COMBAT OUVRIER
Vendredi 1er avril 2011 à Pointe à Pitre au centre Rémy Nainsouta à 18h30
Thèmes:
- Les révoltes des peuples arabes;
-Le prolétariat international, la seule classe capable de mettre fin au capitalisme et à l'exploitation!

Nous vous attendons nombreux à cette réunion qui sera suivie d'un débat!


Faites connaître COMBAT OUVRIER autour de vous!
Editorial
Face à l'aggravation de la crise capitaliste, les travailleurs ont les moyens de reprendre l'offensive

C'est la hausse brutale des prix des produits alimentaires, la faim, le chômage, la misère généralisée qui fut le point de départ des grandes révoltes dans les pays arabes. La révolte semble couver aussi en Chine, où les travailleurs y sont surexploités. Le monde est actuellement aux mains d'un groupe de spéculateurs financiers internationaux. Leurs spéculations viennent d'entraîner une hausse brutale des produits alimentaires, des matières premières et une hausse générale des prix partout dans le monde.
En Martinique, en Guadeloupe comme en France, les augmentations de prix pleuvent: carburants, électricité, assurances, loyer, eau, dépenses hospitalières, médicaments non remboursés en augmentation. La franchise hospitalière vient d'augmenter de 32 %. Une étude récente a montré que le coût de la vie aux Antilles est supérieur à celui de la France de 80%. Et tout à l'avenant! Toutes ces augmentations signifient bien que les salaires baissent en réalité... (Lire la suite)

Martinique
On ne condamne en politique que ceux que l'on craint! Ghislaine JOACHIM-ARNAUD et les travailleurs!


Un nouveau scandale de l'utilisation abusive des contrats aidés Notre camarade, Ghislaine Joachim Arnaud, dirigeante de Combat Ouvrier et secrétaire générale de la CGTM a été jugée coupable de « provocation à la discrimination, à la haine, à la violence à l'égard d'un groupe de personnes, en l'occurrence les Békés à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation ou une race déterminée». Elle a été condamnée à 3 000 euros d'amende et à payer 2 000 euros à l'Association «Collectif Dom» après la plainte de Jean François Hayot, résidant en France.
Et pourquoi? Pour avoir écrit sur le livre d'or de la chaîne ATV «Matinik sé ta nou, matinik sé pa ta yo, an band béké volé, pwofité nou ké fouté yo déwo».
La justice coloniale et celle des békés exploiteurs, celle de tous les capitalistes a donc condamné par la même les dizaines de milliers de travailleurs qui criaient la même chose pendant la grève générale de février 2009! Ce jugement est la manière dont se sont servis le pouvoir colonial, les békés et les possédants pour se venger contre les travailleurs de la grève générale de 2009. Pour se venger de la peur panique qu'ils ont eue! C'est un jugement de classe contre les travailleurs et les pauvres de Martinique et en faveur des békés et des riches! Ce jugement qui se veut être une condamnation d'un soi-disant racisme venant de Ghislaine Joachim Arnaud et des travailleurs est bien au contraire un encouragement au racisme officiel représenté par la caste béké possédante et entretenu par le pouvoir colonial! Oui, c'est un jugement colonial et d'un autre âge!
Il est l'exemple caricatural du racisme officiel, institutionnel, qui existe en Martinique, cette vieille colonie française où tous les postes ou presque sont dirigés par des Blancs alors que la majorité de la population est noire et de couleur.
On condamne une dirigeante syndicale fille d'un peuple issu de trois siècles d'esclavage et de colonialisme.
Le racisme de l'Etat colonial et des békés possédants s'est exprimé aussi ici de manière sanguinaire pendant des siècles. Sans remonter plus haut dans le temps, en 1900 au François, plusieurs travailleurs grévistes étaient assassinés, puis de nombreuses fois par la suite...(Lire la suite)

Dernière mise à jour: le 23 mars 2011