logo COMBAT OUVRIER
Organisation communiste révolutionnaire (trotskiste)
PARAIT TOUTES LES DEUX SEMAINES   -   Samedi 23 octobre 2010      N° 1036


Sommaire > Page précédente > Page suivante > Accueil > Archives > e-mail 

Page 3

Extraits de PAWOL A TRAVAYE BANNAN' (Plantations en Lutte)

LES BONNES BLAGUES CONTINUENT

En effet, cette semaine on a pu entendre T. Damba déclarer, à la suite d'un stage organisé par la FAFSEA pour des jeunes à la recherche d'un emploi, et en réponse aux questions d'un journaliste de RCI, que les travailleurs de la banane n'étaient pas assez formés, que travailler dans les champs de banane était agréable.
Quel fieffé hypocrite que ce bonhomme là! Tout d'abord lors des stages de mars à mai dernier, il n'a pas envoyé tous les camarades et tous les jours en stage. Et puis, travailler dans la banane c'est peut-être agréable pour lui en tant que patron, mais certainement pas pour les travailleurs, avec en plus les salaires de misère et les heures supplémentaires non payées.

ON A BESOIN DE JEUNES FORMES!

Toujours selon T. Damba, on a besoin de jeunes travailleurs formés dans la banane. Mais on se demande où va-t-on les employer quand on sait que depuis quelques années, des centaines d'emplois ont été supprimés; que les effectifs ont été considérablement diminués et que souvent, un même groupe de camarades effectuent le travail sur deux et même trois plantations du même patron. T. Damba en sait quelque chose.

APRES LA MORT SUSPECTE D'UN CAMARADE

On apprend que ce camarade de la plantation de La Digue travaillait en permanence (matin et après midi) dans les produits toxiques et les herbicides. Et pourtant la Sécurité sociale demande que l'on ne travaille dans ces produits que le matin jusqu'à 9h, avant que le soleil ne commence à trop chauffer.
Il paraît que le patron aurait déclaré après la mort du camarade, qu'il «a perdu son bras droit». En réalité cet exploiteur a «perdu les deux mains» du camarade, qui lui rapportaient gros.



Martinique
Extraits de L'ECHO DES HOPITAUX

PNEUMO: DES ARRETS MALADIE POUR DIRE QU'ON N'EN PEUT PLUS
Devant l'incapacité de la direction à augmenter les effectifs pour faire face à la surcharge de travail venant de l'ajout des lits du service de pneumo du Carbet qui a fermé, des collègues, épuisés, ont dû prendre des congés maladies de plusieurs jours.(...)

PNEUMO: TOUS ENSEMBLE, ILS DISENT NON!
Quand les collègues de la Pneumo ont repris leur travail, ils ont posé leurs exigences. Pas question d'avoir les lits de la Pneumo plus ceux venant du Carbet sans avoir l'effectif promis par l'ARS. Rendez vous est donc pris avec l'ARS pour le 18 octobre. Les collègues ne veulent plus s'en laisser compter et tous ensemble, ils le disent haut et fort!

BEBE DOIT ETRE PROPRE DES LE 1er JOUR!
En Réa-néonat, il est demandé aux mamans d'amener des couches pour leurs bébés. Vu le prix de la journée dans ce service, c'est un peu fort de café!!! Ce genre de pratiques est courant dans les services de santé des pays sous développés. Le CHU veut-il vraiment leur ressembler?

PZQ: DON D'ORGANES TECHNIQUE?
Ces derniers temps, les quatre ascenseurs étaient en panne. Quelle a été la solution trouvée pour les réparer? En sacrifier un, en faisant de la récupération de pièces pour faire fonctionner les 3 autres.
Un don d'organes technique, mais sans la générosité, dirons nous!



EXTRAITS DE SUCRERIE EN LUTTE - GARDEL ( Moule)

FONTAINE BOIRAI-JE UN JOUR TON EAU?
Depuis plus de trois mois nous ne pouvons pas boire de l'eau à l'ensachage car la fontaine est en panne. Quand nous avons soif, il nous faut nous rendre n'importe où ailleurs dans la sucrerie pour y boire de l'eau. Au lieu de passer la journée entière à nous harceler psychologiquement, certains tichèf feraient mieux de se préoccuper du confort de ceux qui créent de la richesse dans la boîte.

IL FAUT LEUR PASSER UN SAVON!
Nous sommes quelques uns à l'ensachage et nous n'avons pas de savon pour nous laver les mains. Le service d'entretien le sait, monsieur et madame hygiène et sécurité devraient le savoir. Comment se fait-il que depuis plusieurs jours nous n'avons ni savon, ni essuie-main. Nous manipulons pourtant du sucre toute la journée!

QU'ILS REVOIENT LEURS COPIES
A l'ensachage, les WC sont dans la salle d'eau. Cela nous crée de véritables problèmes. Si un camarade veut utiliser les WC, il se verrouille forcément à l'intérieur, privant ainsi tous ceux qui voudraient ne serait-ce que se laver les mains. Mais que voulez-vous les grands cerveaux sont passés par là.



EXTRAITS DE L'ECHO DES ASSURANCES

MAIF: REPRISE DES NEGOCIATIONS SUR LA CLASSIFICATION/REMUNERATION
Le 5 octobre s'est tenue une paritaire pour la reprise officielle des négociations. Il faut savoir que la dénonciation de l'accord d'entreprise de 1997 s'est faite le 1er septembre et que désormais cet accord est valable jusqu'au 1er décembre 2011. Pour l'instant la direction a rappelé ses mêmes propositions du 5/07/10 et précise qu'elles serviront de base aux négociations. En tout cas nous devrons être vigilants pour ne pas être les perdants du nouvel accord.

MGEN: LES EMBAUCHES SE FONT AU COMPTE GOUTTE
La politique de la direction est de ne pas remplacer tous les départs à la retraite. Ainsi une collègue partie à la retraite est remplacée pour l'instant par un mi- temps. La direction attend un autre départ à la retraite pour faire un temps complet. Comme quoi il n'y a pas de petites économies et tant pis pour les collègues qui doivent ramer pour travailler alors que le travail ne manque pas en ce moment.



EXTRAITS DE L ECHO DE L AEROPORT

SORI: INQUIETUDE DES 130 SALARIES
Un nouveau marché a été perdu par la SORI: le marché régional. Suite à la perte d' Air Caraïbes, suivie de celle des magasins, le personnel est inquiet. Que se passe-t-il? Dans ce monde de patrons magouilleurs et rapaces les marchés sont rarement clairs. Tous les collègues se demandent au bénéfice de qui? (...)

MAGASINS EN ZONE RESERVEE. QUELS TRAVAUX?
Rien n'a changé pour les magasins. Les employées de la SORI sont toujours là mais le marché ayant été attribué à la société DUFREE, elles ne savent toujours pas quel sera leur statut. Elles sont dans l'incertitude. La direction de l'aéroport dit qu'il doit y avoir des travaux pendant un mois. Mais quand? Quels travaux?

AIR FRANCE: «PROJET GUADELOUPE 2010»,UNE INVITE AU MASOCHISME COLLECTIF
La direction propose un «Projet Guadeloupe 2010» qui consiste à demander aux agents eux-mêmes de réfléchir au moyen de «faire des économies». En quelque sorte, on nous invite à tailler nous-mêmes le bâton avec lequel nous serons battus. Comment pourrions-nous ensuite nous plaindre de restrictions que nous aurons nous-mêmes choisies?
La situation ne cesse de se dégrader, depuis 2008 le nombre d'agents a considérablement diminué en Guadeloupe.



Martinique
Mobilisation des salariés du groupe KARIBEA

Les salariés du groupe Karibea sont mobilisés depuis le jeudi 14 octobre.
Des dizaines d'emplois sont menacés dans des hôtels du groupe Karibea Hôtel (Valmenière, Baie du Galion, Goelette, Amyris, Amandiers, Caribia et Squash hôtel appartenant au groupe Fabre Domergue en Martinique.
La direction serait amenée à modifier sa formule de restauration, passant du «All Inclusive» à une restauration légère, ne prévoyant selon ses dires qu'un serveur pour cinquante clients...9 salariés de l'hôtel Baie du Galion ont d'ores et déjà été convoqués et 9 autres de l'hôtel Les Amandiers devraient faire l'objet de reclassement.
Les salariés et leur syndicat CDMT demandent des comptes à leur direction sur les soi-disant difficultés financières. Selon eux, ces mesures décidées alors même que l'activité touristique est fortement promotionnée par la Région, sont «précipitées», autant dire injustes!
Que le tourisme et les modalités de son fonctionnement connaissent des changements et même des aléas, c'est fort possible! Mais que du jour au lendemain, il soit nécessaire de «dégraisser» les cuisines et les salles de restauration pour les transformer en restaurant de type universitaire avec un minimum de personnel, voilà une trouvaille des habiles gestionnaires du groupe Karibea qui semble aberrante aux salariés, mais qui leur permettrait peut être à ces messieurs de remplir leur coffre-fort.
Il est vrai que le passé de ces gestionnaires prouve qu'ils se sont toujours plutôt bien sortis d'affaires. Les hôtels du groupe sont en effet sortis tout droit des investissements défiscalisés du groupe de feu Marcel Fabre en très bon terme avec le ministre de la «défisc» Bernard Pons, après avoir arrondi son capital grâce à l'exploitation de milliers d'ouvriers agricoles de la banane puis en avoir licencié près d'un millier en 2004.
Alors aujourd'hui, les salariés ont bien raison d'être méfiants et de ne pas se laisser faire sous prétexte de restructuration. En tout cas, il faut que cette «réorganisation» de Karibéa coûte plus aux actionnaires qu'aux salariés, ce serait un peu plus juste.



Martinique
Manifestation de la population contre la la retraite a 62 ans

A l'appel des plusieurs organisations syndicales, des centaines de travailleurs de divers secteurs d'activités (ouvriers, employés des hôpitaux, PTT, France-Télécom, Education nationale, municipaux, bâtiment) se sont retrouvés à la Maison des Syndicats.
Après une assemblée générale, ils ont décidé à l'unanimité de se rendre tous ensemble au Conseil général, puis au Conseil régional.
Ils ont été reçus par les deux présidents, et le représentant du K5K Philippe Pierre-Charles et la secrétaire générale de la CGTM, G. Joachim-Arnaud, ont développé leur point de vue sur cette loi scélérate sur les retraites.
Mais les manifestants étaient venus pour dire à ces deux présidents qu'ils ne sont pas d'accord sur leur silence, concernant la remise en cause de la retraite à 60 ans.
Ils leur ont demandé de se prononcer sur les ondes pour que la population les entende sur le fait qu'ils «condamnent cette loi». Mais ils leur demandaient aussi de dire clairement à la population que seule sa mobilisation peut faire reculer le gouvernement de Sarkozy qui est à la solde du grand patronat aussi bien en Martinique et ailleurs».
Là dessus, Claude Lise et Serge Letchimy ont quand même dit que cette loi est injuste.
Ceux qui étaient présents à ce rassemblement ont signifié qu'ils gardent les oreilles tendues pour écouter ce que diront ces élus sur les ondes.