Faucille & marteau

COMBAT OUVRIER

PARAÎT TOUTES LES DEUX SEMAINES - Samedi 26 janvier 2002 N° 852


Éditorial



IL FAUT EMPÊCHER LES EXACTIONS CONTRE LA COMMUNAUTÉ HAÏTIENNE!

Ainsi les propos d'Ibo Simon se sont traduits par des faits ! Des voyous xénophobes des sont livrés à des exactions contre des Haïtiens vivant en Guadeloupe. Une bande s'est aussi attaqué à des vendeurs sur les marchés, brisant leurs étals, leur camionnette. D'autres sont allés mettre le feu à des magasins censés appartenir à des Haïtiens.
Tout cela va beaucoup plus loin que les propos racistes et xénophobes tenus sur Canal 10 par Ibo Simon et ses acolytes. Nous avons toujours dit que de tels appels conduiraient inévitablement à des violences contre la communauté haïtienne vivant en Guadeloupe. Un certain nombre de politiciens démagogues qu'il faut fustiger se sont attelés au char d'Ibo Simon. Il charrie en effet derrière lui tout un public. Cette frange de partisans d'Ibo Simon, constitue un vivier électoral, un électorat potentiel qui bien exploité pourrait bien profiter à quelques politiciens.
C'est le choix que Viviès a fait le premier. Il ne doit sa réélection à un mandat de conseiller régional qu'au fait d'avoir sponsorisé Ibo Simon dès le départ. Puis d'autres se sont engouffrés dans le courant de Simon Ibo ; certains connus comme Dessout, élu à la municipalité de Pointe à Pitre dans la liste Ibo Simon. D'autres personnages moins connus pharmaciens, avocats nationalistes ou pas, transfuges de la gauche ou du mouvement abymien, gravitent autour du xénophobe de service. D'autres encore se contentent d'aller lui apporter une confirmation de ses propos insanes, anti-Haïtiens, comme ce politicien nommé Monpierre qui a apporté de l'eau au moulin de Ibo Simon sur Canal10.
Mais il faut aussi mettre au rang des soutiens “honteux” du xénophobe d'extrême droite, du lepéniste noir, ceux qui expliquent complaisamment : “ Ibo pose de vrais problèmes mais avec de mauvaises réponses”. Du genre Quillin, prétendu syndicaliste de droite, qui a récemment affiché son hostilité aux grèves qui se déroulaient en Guadeloupe, du genre ou Edouard Boulogne, royaliste d'extrême droite, qui est allé témoigner au procès en faveur d'Ibo Simon en expliquant que c'est une question de vocabulaire mais pas de racisme ou de xénophobie.
Les gens qui se comportent de cette façon ne peuvent qu'être considérés - à quelque niveau qu'ils se placent -comme moralement responsables des exactions, des violences qui se sont exercées et s'exerceront contre la communauté haïtienne. Avec leurs propos et leurs encouragements directs ou déguisés à Ibo Simon, c'est comme s'ils avaient répandu la poudre et allumé la mèche ! Les travailleurs de nos pays ont intérêt à examiner cette situation avec beaucoup de sérieux et de vigilance. Si d'autres petites bandes de voyous anti-Haïtiens se forment et agissent en toute impunité et liberté ce sont des ennemis actifs, violents qui se prépareront ainsi contre les grèves, contre les travailleurs.
A chaque grève le patronat cherche à créer un climat d'affrontement. Ibo Simon - à plusieurs reprises - a tenté de se mêler aux conflits sociaux pour les arbitrer ; il n'a pas encore réussi à le faire. Mais il ne faut pas lui laisser le loisir de se constituer et renforcer des bandes à son service. Car elles seront aussi au service des patrons les plus rapaces, les plus hargneux.
Il faut étouffer ce phénomène avant même qu'il puisse se développer. Cela veut dire aussi qu'il faut empêcher les exactions contre les Haïtiens. Il faut que des Guadeloupéens, des gens de la population, des travailleurs donnent à cette communauté visée par Ibo Simon, une réelle protection contre de telles exactions. Se contenter de porter plainte ou de protester en défilant dans les rues (ce qu'il faut aussi bien sûr faire - et CO s'y associe !), ne fera que laisser les mains libres aux malfaiteurs racistes et xénophobes. Il faut les empêcher de nuire par une réelle intervention collective de la population laborieuse et de tous ceux qui sont opposés à de tels actes crapuleux. Il faut empêcher de nuire ces voyous d'extrême-droite!



mail Vous avez quelque chose à dire sur le contenu du site ou sur son "design"? Alors, écrivez-nous vos commentaires et impressions.
Et merci de votre compréhension! Ce site est en construction.
Pour


À la une


ÉDITORIAL

Martinique Habitation Assier: la lutte a payé

Guadeloupe: KFC-les travailleurs ne se laissent pas impressionner par les manoeuvres de Vial Colet

L'éducation nationale en grève

Page 2


QUAND IBO SIMON, LE JOUR DE SON PROCÈS, APPELLE À L'INCENDIE, À LA VIOLENCE, À LA HAINE CONTRE LA COMMUNAUTÉ HAÏTIENNE!

Le personnel de l'EDF a fait reculer la direction

Martinique: les salariés de la CFTU victimes d'agressions se mobilisent

Moule: CTM-accord sur l'amélioration des conditions de travail

Guadeloupe: les patrons de "La Palette" ont reculé

Page 3


Les agents de l'ANPE toujours en lutte!

Martinique: grève à l'habitation Eden

Grèves des municipaux


Lamentin Gpe: le maire se moque des agents

Gosier: Gilot vient à la rescousse de Dupont pour céder d'une main et refuser de l'autre

Pointe-Noire: le maire semble chercher l'affrontement au lieu d'une solution

Morne-à-l'eau/Petit-canal: les maires demandent à négocier

Succès des journées de mobilisations des 15 et 16 janvier

Page 4


Combat Ouvrier soutient Arlette Laguiller aux élections présidentielles.
Extrait de l'intervention d'Arlette Laguiller au meeting du dimanche 20 janvier 2002 à Toulon.


Haïti: démission du premier ministre. Tous des menteurs et des bavards

Argentine: la colère de la population continue de gronder



Accueil > Sommaire du journal > e-mail