Faucille & marteau COMBAT OUVRIER Pour
PARAÎT TOUTES LES DEUX SEMAINES - Samedi 27 juillet 2002 N° 864
À la une

ÉDITORIAL
Spéculation, corruption, magouilles financières, rapacité: c'est tout cela le capitalisme!


C'est l'exploitation patronale qui suscite les grèves, barrages et autres protestations

Accident du travail dramatique dans un champ de bananes

Page 2

Les travailleurs ont les moyens de s'opposer aux plans anti-salariés du gouvernement

Dans la série des cadeaux aux patrons: privatisation partielle d'EDF et Gaz de France

Les planteurs ont fait entendre raison aux capitalistes sucriers

Récolte 2002. Aux planteurs, les problèmes, aux capitalistes l'argent

Contrats-jeunes: des cadeaux à tous les capitalistes

Lamentin Gpe: les riverains de Grosse Montagne ont su se faire entendre

Page 3

Ce sont les travailleurs, la population laborieuse qui paient pour les remous boursiers et financiers actuels

Les dirigeants des Etats-Unis mis en cause dans des scandales financiers

Capesterre Belle-Eau: soutien aux ouvriers agricoles licenciés

Le problème de l'eau: ou comment le SIAEAG et la "Générale des Eaux Guadeloupe" repartent "à l'attaque"

Page 4

Pôle Caraïbes: Echos de l'aéroport

Crédits aux communes: selon que vous serez...

EDF et France Télécom font payer les usagers pour combler leurs trous financiers

France Télécom et le capitalisme en folie
(Extrait du bulletin "échos des Télécoms")


Chirac y a échappé mais d'autres n'ont pas eu cette chance

Page 5

Guadeloupe: Sotrapeint, les travailleurs de plus en plus excédés

Les grévistes de Chronopost ont eu gain de cause

Capesterre de Marie-Galante: les employés communaux toujours mobilisés

Zone de Jarry: grève à "Jarry plastique". Recul du patron

Abymes: coup de colère des travailleurs de Milenis. Les patrons cèdent

Les travailleurs d'AMC gagnent une augmentation de salaire par la grève

Martinique: des méthodes de "commandeur"

Martinique: quand les vigiles doivent aussi surveiller leurs patrons

Page 6

Max Ganot

Dominique: manifestations contre les attaques économiques et sociales du gouvernement Pierre Charles

Espagne-Maroc: déploiement d'armes pour un rocher?

Vers une nouvelle guerre des USA contre l'Irak?

Haïti: Aristide sur les traces des Duvallier?

mail Vous avez quelque chose à dire sur cet éditorial ou sur un article du journal?


Pôle Caraïbes: Echos de l'aéroport

AIR CARAÏBES: LES NÉGOCIATIONS CONTINUENT

A Air Caraïbes, suite au mouvement de grève qui a abouti au départ effectif du DRH, les négociations continuent entre direction et représentants syndicaux. La situation des agents, poste par poste, service par service, doit être examinée. Encore faut-il que cela débouche sur des améliorations concrètes. La grande majorité du personnel au sol est sous-payée.
Il semblerait qu'il n'y ait pas une parfaite unanimité parmi les syndicats pour tout remettre à plat. C'est pourtant une excellente occasion pour arracher des avancées pour l'ensemble du personnel.
Il faudra sans doute, si les négociations n'aboutissent pas, passer à une autre forme d'action pour contraindre la direction à lâcher quelque chose de concret.

AIR CARAÏBES: LES MANŒUVRES DU PATRONAT METTENT UNE AMBIANCE DÉTESTABLE ENTRE NOUS

Un nombre non négligeable de collègues ont accepté de quitter l'entreprise. Ils ont eu l'impression que les chefs les avaient choisis pour le départ. Certains pensent même que s'ils ne s'en vont pas, ils seront licenciés.
Une telle attitude est favorable aux seuls patrons. Ceux-ci envisagent probablement de diminuer gravement le personnel, en douce.
Mais si les travailleurs résistent et se fâchent fort, ils ne pourront pas appliquer ce plan scélérat.

RACHAT PAR LA CAT: SIMPLE MANŒUVRE FINANCIÈRE?

Selon la direction, le rachat d'Air Caraïbes par la CAT serait une simple manœuvre permettant d'écarter Koury, lequel détient une part trop importante de la compagnie aux yeux de Dubreuil.
Le personnel n'a rien à gagner dans ces magouilles entre capitalistes. Si Dubreuil a trop d'argent, il n'a qu'à l'utiliser sainement : en augmentant les salaires par exemple.
Nous en sommes toujours à nous demander si ces manigances n'ont pas pour but, à terme, de nous piéger encore davantage.
Nous devons plus que jamais exiger une totale transparence sur les comptes de l'entreprise.

ACCIDENT DU 2 JUILLET EN SUISSE: LE CONTRÔLE PRIVÉ MIS EN CAUSE

La collision entre deux appareils, un Tupolev russe et un Boeing 757 cargo, en Suisse, a fait grand bruit. Elle a surtout entraîné la mort de 71 personnes dont 52 enfants. On a d'abord essayé de faire porter le chapeau au pilote russe, qui comprendrait mal l'anglais, puis à son appareil. Or ce dernier était de fabrication récente, en parfait état de marche, et le pilote avait une grande expérience internationale.
Finalement, tout semble indiquer que Skyguide, la société privée qui assure le contrôle aérien en Suisse, porte une grande responsa- bilité dans cet accident.

UNE RAISON SUPPLÉMENTAIRE POUR S'OPPOSER AU PROJET DE «CIEL UNIQUE»

En effet, au moment de la collision, il y avait un seul contrôleur en poste. Par ailleurs, le système anti-collision était hors service, pour cause de maintenance. La société privée suisse cherche à baisser les coûts par tous les moyens : moins de personnel, maintenance moins suivie, embauche de contrôleurs étrangers toujours pour baisser les prix, etc.
Ce n'est peut-être pas la seule cause de l'accident, mais cela y a contribué. Voilà le système que cherchent à introduire par la bande les autorités européennes, sous prétexte de « ciel unique ».
C'est une raison supplémentaire pour que les agents de l'Aviation civile s'opposent à ce projet.


Crédits aux communes: selon que vous serez...

Il serait logique que les subventions de l'Etat aux communes soient proportionnelles au nombre d'habitants de celles-ci. Eh bien non ! Madame le maire Julliard au Lamentin en Guadeloupe vient de recevoir l'assurance qu'elle sera dotée bien plus largement que les autres. Voilà qui va l'aider à faire accepter sa politique apparemment mal tolérée par la population et les travailleurs communaux en particulier. Michaux-Chevry n'est sans doute pas étrangère à cette "faveur". Ceux qui, à gauche, s'indignent, savent pourtant que c'est ainsi que fonctionne l'Etat bourgeois. Lurel lui même n'a-t-il pas bénéficié pour sa commune de l'aide donnée par ses amis socialistes quand ils étaient au gouvernement?

EDF et France Télécom font payer les usagers pour combler leurs trous financiers

L'abonnement téléphonique augmente de 0,45 Euros à compter du 20 juillet. Le prix de l'abonnement principal passe de 12,55 Euros à 13 Euros par mois. EDF a également annoncé une hausse pour le mois d'août de 3,5%. Cette augmentation va s'ajouter à celle de 1,5% qui a été appliquée au mois de février.
Ces entreprises qui brassent des milliards tentent de trouver de l'argent pour compenser des pertes dont elles sont les seules responsables. La dette considérable de France Télécom est due à des opérations financières douteuses de ses gros actionnaires et c'est l'usager qui doit maintenant payer.
Quant à EDF, en passe d'être racheté en partie par le privé, elle a investi des milliards dans sa politique d'achats massifs de sociétés électriques à l'étranger. Elle a dépensé pour cela plus de 10 milliards d'Euros en un an et demi. Cela lui a valu quelques problèmes financiers et là aussi c'est le porte-monnaie de l'usager qui est attaqué.

France Télécom et le capitalisme en folie
(Extrait du bulletin "échos des Télécoms")

DETTE COLOSSALE POUR FRANCE TELECOM, A QUI LA FAUTE?

La dette de France Télécom ( FT) s'élève à près de 70 milliards d'Euros. Le titre France Télécom en bourse a chuté de près de 95% par rapport aux sommets atteints en mars 2000. Que les capitalistes, les gros actionnaires jouent leur argent en bourse, ce casino où l'on peut gagner gros mais perdre très gros, c'est leur affaire. Mais à ce jeu là ils risquent de jouer aussi avec nos emplois et notre vie ! Nous ne pouvons accepter d'être les jouets de ce capitalisme fou !

TOUJOURS PLUS

Dans les réunions de groupe on nous demande de faire encore plus de chiffre. Le nouveau refrain c'est que France Télécom serait endetté et pour nous pousser à travailler plus on nous fait la morale. Nous ne sommes pas responsables des bêtises de nos dirigeants, Bon et cie. Qu'on se le dise !

BON, RIEN N'EST BON! ( Bon est le directeur national de FT)

Après avoir dilapidé l'argent de FT, Bon veut nous faire la leçon en faisant croire que l'entreprise est en difficulté. En mars 2001 l'action était montée en flèche. Mais à cette époque on ne nous a rien offert. Quand les affaires vont bien on ne nous fait pas participer. Tout va aux gros actionnaires, mais quand ça va mal alors là on nous demande des sacrifices. Aux gros actionnaires de se serrer la ceinture, ça ne leur arrive pas souvent.

LES ACTIONS: UN PIEGE POUR LES SALARIES.

Il y a quelques années, on nous poussait, nous salariés de FT à acheter des actions. Aujourd'hui on voit bien que cela est un piège pour les salariés. Qu'on en juge. La première valeur du titre était de 27.75 Euros. Elle a atteint 219 euros le 2 mars 2001. Le 23 juin elle était à 12,41 euros. En fait, nous avons perdu. Par contre nos achats d'actions ont profité beaucoup aux gros actionnaires, à ceux par exemple qui ont vendu beaucoup en mars 2001 par exemple.

FAUT PAS ETRE TRES «BON» POUR FAIRE CELA

En 99 et 2000, 56 millions d'abonnés dans le monde dont 38 millions d'abonnés au téléphone mobile dans 14 pays, 2 millions d'abonnés au réseau câblé dans deux pays. 27,2 milliards d'Euros de chiffre d'affaire en 99, 2,8 milliards d'Euros de bénéfices. Première capitalisation boursière parisienne avec 882,5 milliards de francs en 2000. Et avec ça aujourd'hui, 70 milliards d'Euros de dettes et une action en forte baisse…il faut le faire !
Acquisitions hasardeuses, placements en bourse qui n'est qu'un jeu de yoyo pour riches, voilà les raisons.

VERS LA «RENATIONALISATION» DE FT?

Des rumeurs courent sur la renationalisation de France Télécom par le ministère des finances si la situation boursière ne s'améliore pas. Elles ont été démenties officiellement.
Cela ne serait pas étonnant. Quand ça va bien on vend à bon prix aux capitalistes. Quand ça va mal, l'Etat rachète aussi à bon prix pour les capitalistes. L'Etat fait tout pour aider les capitalistes quand ça va mal pour eux. Il est à leur service!

CE N'EST PAS AUX SALARIES DE PAYER LES POTS CASSES

D'ailleurs, si demain le pari du redressement financier devenait un nouveau fiasco, c'est aux salariés et aux usagers que FT et l'Etat présenteraient la facture : licenciements, mises à la retraite, salaires encore plus stagnants etc etc.. comme au Crédit Lyonnais.

UNE SEULE GARANTIE, LA LUTTE!

Nous ne sommes jamais à l'abri des caprices, des fluctuations de la bourse. Si les actions continuent à baisser, la direction est capable de nous présenter la note et de nous demander de nous serrer la ceinture, de travailler plus, voire d'accepter des licenciements en commençant par les jeunes. Il faut donc être sur nos gardes et se préparer à la lutte. C'est la seule voie pour nous.

Chirac y a échappé mais d'autres n'ont pas eu cette chance

Un militant d'extrême droite a tenté de tirer des coups de feu sur Jacques Chirac lors des manifestations du 14 juillet à Paris. Il a pu être maîtrisé. Les enquêtes ont révélé que le tireur était membre du parti de Bruno Mégret, le MNR (Mouvement National Républicain). Il s'est présenté sur la liste de ce parti aux élections municipales de mars 2001. Mais il est surtout adepte des organisations d'extrême droite les plus radicales de la mouvance skinheads qui recrutent dans les milieux jeunes. Il est membre du GUD ( Groupe Union Défense) implanté dans le milieu étudiant d'extrême droite. Les enquêteurs ont découvert une partie de ses activités et de ses contacts sur internet en liaison avec des mouvements néonazis en Europe et dans le monde. Ces groupes expriment ouvertement leur haine de l'émigré et des juifs et revendiquent la pureté de la race blanche.
Ce type de militant n'est pas inconnu des milieux de la police. Il intervient violemment dans des groupes organisés contre des manifestations en faveur des droits de l'homme et de soutien aux émigrés. Dans les stades aussi. Ces violences prennent la forme de ratonnades qui peuvent aller jusqu'au meurtre. Tel a été le cas il y a quelques années quand des skinheads ont jeté et noyé dans la Seine un Arabe qui participait à une manifestation. Il n'y a pas si longtemps c'était un enfant haïtien qui était abattu par des individus en voiture dans le Nord de la région parisienne. Pourtant ces groupes racistes et xénophobes ne sont pas interdits ni les sites internet qui font des adeptes. Si des actes de violence raciste peuvent ainsi se produire c'est que leurs auteurs se sentent enhardis par les succès des partis d'extrême droite raciste comme le Front National de Lepen par exemple. Et on assiste même à de trop nombreux crimes racistes commis par des individus qui ne sont pas liés à l'extrême droite. C'est ainsi que Bruno lamie, un jeune guadeloupéen a été abattu froidement il y a deux ans dans un bar. Fort de son succès le Front National se sent autorisé à exprimer sans scrupule son venin réactionnaire et à alimenter la gangrène raciste. Les petits satellites qui gravitent autour se sentent encore plus enhardis et vont plus loin dans la violence raciste. D'autant que trop souvent ils bénéficient d'une certaine clémence ou complaisance des partis officiels de la droite. Du reste on passe facilement dans ces milieux, du « RPR » ou de « Démocratie libérale » au Front National et inversement. Les partis de droite tel le RPR de Chirac, ont produit des hommes politiques d'extrême droite. Bruno Mégret a d'abord été un homme politique du RPR avant de rejoindre les rangs du Front National. De la droite à l'extrême droite ils sont du même monde. Et ce n'est pas parce qu'un skinhead a tenté de tirer des coups de feu sur Chirac en cherchant probablement à régler des comptes politiques ou à se faire valoir dans son milieu néonazi, que l'on doit considérer qu'il s'en prend à quelqu'un d'étranger à son milieu. Les véritables ennemis de ces organisations d'extrême droite sont les travailleurs de toutes les races. Leur milieu dirigeant est surtout celui des classes aisées, des milliardaires comme Le Pen. De même qu'ils savent désigner les Arabes, les Noirs comme boucs émissaires responsables de la crise sociale, de l'insécurité, du chômage, de même ils chercheront à s'en prendre aux luttes des travailleurs quand celles-ci deviendront trop radicales pour les patrons. Les travailleurs ont donc tout intérêt à se méfier et refuser de tomber dans le piége anti- émigrés et le racisme même ordinaire du « dupont la joie ». Car ce dernier conduit à des situations bien plus graves, à la haine ouverte et aux agressions. On en a eu un exemple en Guadeloupe avec les agressions perpétrées contre la communauté haïtienne, après les appels en ce sens d'Ibo Simon. Et encore aujourd'hui, trop de gens en Guadeloupe y compris des travailleurs tiennent bien trop souvent des propos racistes ou xénophobes à l'encontre des immigrés, Haïtiens notamment. C'est inadmissible. Cela ne peut faire que le jeu de l'extrême droite et produire un jour ou l'autre des individus du même type que celui qui a tenté de tirer sur Chirac ou ceux qui tabassent ou tuent Noirs et Arabes .
Il faut combattre sans ménagement tout propos raciste ou xénophobe même ordinaire. C'est dés ce niveau que commence la lutte anti raciste.



Accueil > Archives > e-mail 

Copyright © 2001-2002 Combat Ouvrier - Tous droits révervés aux militants.