logo COMBAT OUVRIER
PARAÎT TOUTES LES DEUX SEMAINES   -   Samedi 25 mars 2006      N° 942
Sommaire > Page précédente > Accueil > Archives > e-mail 

Page 4

Affaire de Saint-Martin: en prison pour une chanson

Le 8 mars, Romanus Dariah surnommé « Réality », a été incarcéré à la prison de Basse-Terre. Il avait été mis en examen et écroué pour injures racistes au moment de l’accident qui a coûté la mort au gendarme Clin à Saint Martin. Il comparaissait au tribunal de Basse-Terre le 13 mars. Cet habitant de Saint Martin, originaire de Sainte-Lucie est accusé d’avoir chanté une chanson de Bob Marley contre les gendarmes. Le procureur a traduit les paroles en anglais, de cette chanson, comme une incitation à la haine raciale, injures et menaces de mort à l’encontre de la force publique.
Les six avocats de la défense constitués en Collectif ont tous dénoncé le caractère arbitraire de ces accusations qui visent en réalité à désigner un bouc émissaire dans une affaire qui a fait la une de certains journaux en France. Suite à la mort du gendarme, toute une campagne de presse a été menée pour dénoncer des propos racistes qui auraient été tenus par des Saint- Martinois. De nombreuses contradictions sont apparues dans cette affaire. La femme du gendarme a elle-même déclaré qu’il s’agissait d’un accident et non d’un crime raciste. Elle a même déclaré avoir subi des pressions pour exagérer la thèse des propos racistes.
Le procureur visiblement embarrassé par le ton politique donné par les avocats au cours des débats, a réclamé le maintien en détention sous prétexte que Romanus Dariah pourrait être tenté de fuir dans une île voisine.
Mais le juge d’application des peines n’a pas suivi son réquisitoire et a décidé de le relâcher sous contrôle judiciaire. Le procureur pensait peut être qu’un rasta originaire de Sainte-Lucie n’aurait eu personne pour le soutenir. Il s’est bel et bien trompé.Une trentaine de personnes dont les membres de sa famille et ceux du comité Lefort contre le racisme et l’humiliation ont exprimé leur soutien à Romanus Dariah. Elles étaient présentes au tribunal et ont assisté jusqu’à la fin à l’audience qui a duré 3 heures. Elles l’ont attendu, par la suite, à la sortie de la prison. Romanus Darhiah n’a pas caché sa joie d’avoir reçu un tel soutien que ce soit du côté de la défense et de ceux qui étaient présents. Il a été accueilli dans la soirée par le Comité Lefort à Petit Bourg. Le comité s’est engagé à le soutenir jusqu’à la fin des procédures judiciaires.



Palestine
Les terroristes de l’Etat d’Israël à l’oeuvre

Mardi 14 mars les troupes israéliennes ont investi la ville Palestinienne de Jéricho et sa prison. Le but de cette nouvelle agression: enlever Ahmad Saada secrétaire du FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine) et cinq autres militants. Les préparatifs de l’attaque mettent en lumière la complicité entre forces israéliennes et puissances occidentales. En effet des observateurs anglais et américains présents sur place depuis 2002 suite à un accord international visant à superviser l’incarcération d’Ahmad Saada et à le protéger, ont abandonné leurs postes quelques heures avant. De plus les gouvernements des puissances impérialistes depuis n’ont fait que des déclarations molles et hypocrites d’appel à plus de retenue aux Palestiniens et Israéliens. Pas de condamnation, pas de mesures d’embargo sur les armes contre Israël. Bref ils avaient donné leur accord à l’attaque. Ils sont derrière Israël dans sa guerre contre les Palestiniens. Ils arment, financent et soutiennent Israël.



Sainte-Lucie
Elections partielles à Castries

Les élections partielles ont donné la majorité à un candidat indépendant, un avocat nommé Richard Frederick. Il avait le soutien du principal parti d’opposition: le United Workers Party (Parti des Travailleurs unis). C’est donc un avertissement donné par les électeurs au parti au pouvoir, le Labour Party (Parti Travailliste). La crise économique qui s’est approfondie depuis les années 80 a plongé la population dans une pauvreté de plus en plus grande. A Ste Lucie comme ailleurs, c’est le mécontentement et la perte de confiance qui motive les votants. Mais tant que les travailleurs et les pauvres ne prendront pas eux- mêmes la situation en main, ce n’est pas un parti bourgeois plus qu’un autre qui résoudra ses problèmes.



Les Portoricains interdits de vote américain

La cour suprême des USA vient de refuser une nouvelle fois aux Portoricains le droit de voter aux élections présidentielles. Porto Rico n’est pas un état américain comme les autres mais un état associé tout en étant en partie sous contrôle de l’administration américaine depuis 1898.
Les Portoricains élisent un délégué au congrès des USA. Ce délégué n’a le droit de vote que dans les commissions. Ce qui fait dire au représentant Gregorio Igartua que Porto Rico est traité de manière déloyale depuis un siècle et que les Portoricains sont des citoyens américains de seconde zone.
En décembre une délégation gouvernementale des USA s’était prononcée pour un referendum sur le statut de l’île. Il s’agirait de se prononcer sur l’indépendance, le statut actuel ou sur le changement conduisant Porto Rico à devenir le 51ème état des USA. En 1998, l’option indépendantiste n’avait recueilli qu’un très faible score au referendum.
Pour les travailleurs et les pauvres du pays le problème du changement se pose plus en termes de résorption du chômage et de la misère subis tant à Porto Rico qu’ aux USA parmi la forme émigration portoricaine.



Saint-Martin
Des faits à rétablir dans l’accident du Gendarme Clin

Le gendarme Clin n’est pas la seule victime de l’accident tragique qui a eu lieu à Saint Martin le 12 février. Cédric Annicette, un jeune de 25 ans, s’il a survécu, est gravement blessé. Il est resté quelques jours dans le coma. Il a un poumon perforé et des fractures. Le jour de l’accident il revenait de son travail à moto quand il a heurté violemment le gendarme Clin. Ce dernier était entrain d’effectuer un contrôle sur une route fréquentée d’habitude par des motards qui font des «courses sauvages». Il y avait déjà sur les lieux de nombreuses personnes qui attendaient cette course.
La presse française a immédiatement fait une campagne contre ce jeune, le rendant responsable de la mort du gendarme et a fait l’amalgame pour dénoncer le racisme qui aurait été exprimé à Saint Martin autour de la mort du gendarme. L’association de défense des droits de militaires a monté cette affaire en épingle. Les milieux de l’extrême droite ont fait de même. Ils ont organisé à Nice une manifestation pour protester contre le racisme anti-blanc à Saint Martin et en Guadeloupe. De nombreux sites Internet reprennent les mêmes accusations en laissant courir toutes les rumeurs. Cédric Annicette aurait été accusé d’avoir commis un crime raciste. Certaines personnes dont un Sainte-Lucien qui a été interpellé, Romanus Dariah, ont été accusées d’avoir tenu des propos racistes sur les lieux de l’accident.
La presse a fait des accusations avant qu’il y ait eu enquête. Mais de nombreuses contradictions apparaissent dans cette affaire. La femme du gendarme a déclaré sur les ondes et dans la presse qu’il s’agissait d’un accident et non d’un crime raciste. Dans le journal Paris Match qui relate les faits, les témoignages recueillis sur place remettent en question certaines accusations. Cédric Annicette ne faisait pas partie ce jour là de la course de motards. Des témoins déclarent que le malheureux gendarme Clin s’est présenté devant lui et a provoqué l’accident. Certains ont même parlé d’une arme qu’il aurait braquée contre Cédric. C’est dans ce contexte que de nombreuses personnes ont, semble-t-il, manifesté leur mécontentement contre les forces de l’ordre.
Le comité de soutien à Cédric Annicette a fait appel à toutes les organisations politiques et syndicales ainsi qu’à des associations pour dénoncer les fausses accusations portées contre ce jeune qui est aujourd’hui traumatisé par cette campagne de dénigrement. Une réunion qui a eu lieu le mardi 14 mars a regroupé plusieurs organisations. Un meeting aura lieu le vendredi 24 mars à 19 heures au Palais de la Mutualité à Pointe-à-Pitre.



La fête de Combat Ouvrier, le dimanche 7 mai de 12 h - 20 h

La fête se déroulera dans le cadre champêtre du domaine du «Pako» à Baie Mahault. La carte que vous proposent dès maintenant nos militants sera exigée à l’entrée.

Programme:
12h 0uverture de la fête. Apéritif.
12h30: Repas en musique. (Les menus seront publiés ultérieurement)

14h15: Allocutions

14h30: Conférence: «Actualités sur la dengue, le chikungunya: la lutte contre les moustiques porteurs du virus.
La grippe aviaire et la lutte contre les oiseaux porteurs du virus».
15h30: Bal titane et début des Forums de discussion-débat

20h: Clôture de la fête

Tout au long de la fête, vous pourrez:
• Consulter nos panneaux sur l’activité de nos camarades dans les entreprises, sur nos positions politiques
• Vous entretenir avec nos camarades sur la politique, la vie, l’activité de Combat-Ouvrier
• Acheter, consulter livres, brochures et documents à la librairie de la fête
• Prendre une collation, un café au stand réservé à cet effet
• Commander des boissons au bar
• A partir de 15h30 danser jusqu’à 20h si vous le voulez.
• Visiter les stands des autres organisations politiques ou associations qui seront présentes à la fête.
• Vous amuser avec les jeux vidéo, surtout pour les jeunes.
• Vous exercer au stand de tir

Participation aux frais: 20 euros. 10 euros pour les enfants de moins de 12 ans.
Cette participation comprend l’apéritif, le repas et toute l’animation de la fête à l’exception des collations, du bar et du champagne.
Alors, le 7 mai, soyez nombreux à vous rendre à la fête annuelle de Combat-Ouvrier. Emmenez vos parents, amis, camarades de travail. Réclamez dès maintenant votre carte d’entrée aux militants.

Téléphone de contact: 0590.82.92.94



Jamaïque
Portia Simpson-Miller remporte les élections internes du PNP

Portia Simpson Miller vient de remporter les élections internes du People’s National Party en Jamaïque. De ce fait, elle deviendra le 30 mars la première femme premier ministre, c’est à dire chef de l’Etat. Elle succèdera à l’actuel premier ministre, P.J. Patterson, qui occupe cette place depuis 14 ans. Portia Simpson Miller est vice présidente du PNP depuis 1978. Elle a été successivement ministre du travail, des sports, de la Sécurité sociale, du tourisme. Elle semble bénéficier d’une image de défenseur des pauvres, dans un parti au pouvoir qui s’est signalé par la corruption et n’a pas su mettre fin à l’insécurité très forte dans le pays.
Le PNP est le parti de Michael Manley, élu premier ministre en 1972, qui s’était distingué en réduisant les privilèges des sociétés étrangères, dont il avait augmenté les impôts. Son régime était à l’époque favorable à celui de Fidel Castro à Cuba. Il fut réélu en 1976. Le pays étant touché gravement par la crise économique, les élections de 1980 donnèrent la majorité au parti rival, le JLP (Jamaïcan Labour Party), dont le chef, Edouard Seaga, fut élu. Puis le PNP revint au pouvoir en 2002. Aucun des deux partis rivaux n’a apporté de solution aux graves problèmes de misère et d’insécurité qui touchent les pauvres de ce pays. C’est ce qui explique leur alternance au pouvoir: déçue par l’un, la population se retourne vers l’autre, et inversement. La nouvelle première ministre n’apportera sans doute rien de plus.




Sommaire > Page précédente > Accueil > Archives > e-mail 

Copyright © 2001-2005 Combat Ouvrier - Tous droits révervés aux militants.

Valid XHTML 1.0! Valid CSS!