logo COMBAT OUVRIER
Organisation communiste révolutionnaire (trotskiste)
MSN Search
PARAÎT TOUTES LES DEUX SEMAINES   -   Samedi 13 janvier 2007      N° 959


Sommaire > Page précédente > Page suivante > Accueil > Archives > e-mail 

Page 3

Guadeloupe
Le meeting des occupants de Jabrun le 5 janvier. Nouveau meeting, vendredi 12

Vendredi 5 janvier sur les terres de Jabrun à Baie-Mahault, les occupants du GOJ (groupe des occupants de Jabrun) ont tenu un meeting d’information et de protestation. Près d’une centaine de personnes étaient présentes. Des délégués des «Verts Guadeloupe» et d’un groupement intitulé «travailleurs et paysans» s’y sont exprimés. Plusieurs occupants ont pris la parole. M Paul Tiroumallé, ancien occupant connaissant bien le dossier, a révélé bien des éléments. Des militants du Comité Lefort contre le racisme et l’humiliation ont pris la parole, dont M Hilaire Lefort. Les voitures circulant vers Convenance s’arrêtaient pour demander le tract du GOJ ou pour écouter le meeting. Les occupants ont déclaré que s’ils étaient favorables à l’ouverture de discussions avec les prétendus propriétaires des terres, ils voulaient une négociation en bonne et due forme c'est-à-dire entre deux délégations. Car pour l’instant les délégués des dits acquéreurs de Jabrun veulent négocier individuellement en proposant des accords à seulement deux des occupants. Ils ne veulent pas reconnaître les 13 autres. Ils ont aussi fait part des rondes de gendarmes qui viennent sur les terres soi-disant se renseigner sur la situation, comme autant d’intimidations envers les occupants.
Le GOJ appelle à un nouveau meeting vendredi 12 janvier à 18h30 sur les terres de Jabrun.



Guadeloupe
Extraits de l’ “Echo de l’aéroport”

LA SORI: LES ANCIENS FIDERIM PAS RAPPELÉS
Avec la haute saison, nous voyons arriver de nouveaux collègues intérimaires. Cela ne nous pose pas de problème: tout le monde a le droit de vivre. Toutefois nous sommes indignés par le fait que certains «Fiderim» (interimaires) qui ont beaucoup donné à la SORI, certains depuis 8 ans, n’ont pas été rappelés. Il est vrai que le superviseur chargé de ces embauches n’en fait qu’ à sa tête. Il trouve toutes sortes de prétextes pour expliquer ces éliminations: une telle n’était pas disponible un jour, tel autre serait une forte tête. C’est le système du «filon» qui règne. Nous ne l’accepterons pas.

LA SORI: LA DIRECTION AUTORISE LES GARDIENS À NOUS MALTRAITER
Trois gardiens travaillant pour la SORI ont depuis quelque temps un comportement inadmissible. Chargés de fouiller nos sacs, ils en profitent pour nous traiter de façon intolérable. Ils nous disent que nous sommes des voleurs et nous obligent à renverser le contenu de nos sacs: «Si nou touvé on bitin, nou ké fann’ kyou a zot!». Ils ne trouvent rien.
Nous avons déjà parlé entre nous des vols. S’il y en a eu dans le passé, nous avons réglé ce problème entre nous: mieux vaut revendiquer une augmentation que de partir avec de maigres victuailles. La SORI n’appartient pas à ces gardes. Qu’ils nous respectent!

LA SORI: DES EXCUSES N’EFFACENT PAS LE TORT CAUSÉ!
Le responsable des magasins, grand chef à la SORI depuis la grève, s’est permis d’humilier les collègues de la parfumerie devant les clients. Surpris de voir leur sac à côté d’elles, il leur a fait la remarque à tue tête. Les collègues lui ont demandé d’attendre, il les a obligées à vider leur sac devant les clients. Il n’y avait rien, aucun «business » comme il l’annonçait.
En réunion, les syndicats lui ont reproché son attitude méprisante. Il s’est «excusé», mais le mal est fait.

PERSONNEL « LOW COST »: AIR FRANCE DOIT SE METTRE EN RÈGLE
Après EasyJet sommée de régler les arriérés des cotisations sociales de son personnel, qu’elle payait au tarif irlandais, c’est Air France qui se trouve dans le collimateur.
D’après le Canard Enchaîné de la semaine passée, l’honorable compagnie nationale employait les mêmes méthodes avec le personnel d’une de ses filiales. Ce n’est que grâce à ses relations dans l’appareil d’Etat qu’Air France, au lieu d’être condamnée, a obtenu un délai de trois mois pour se mettre en règle.
Air France s’est décidément très bien adaptée aux «lois du marché», malheureusement sur le dos du personnel.



Guadeloupe
Extraits de l’ “Echo des Hôpitaux”

EXTENTION DU PROTOCOLE D’ACCORD
Nous constatons que désormais le problème du paiement des jours de grève et des jours «de droit de retrait» est acquis et reconnu par toutes les autorités, du directeur général par intérim à l’ARH en passant par les missionnaires. Donc, prenons-en bonne note pour l’avenir.

EXTENTION DU PROTOCOLE D’ACCORD – bis
Beaucoup de travailleurs se sentent concernés par les dispositions prises concernant les concours sur titre, les agents en attente de concours, intégrations d’agents dans leur nouveau grade etc. Tous ces camarades peuvent présenter leur dossier et obtenir satisfaction car leur cas entre dans le cadre du protocole d’accord.

NOUVEAU DIRECTEUR AU CHU OU LA PRETENDUE SAGESSE DES DECIDEURS
Résultat de tout ce ramdam qui s’est déroulé durant plusieurs mois au CHU, un nouveau directeur a été nommé. Il passe d’un petit hôpital de quelques dizaines de lits à la direction d’un CHU de près d’un millier de lits et près de 3000 salariés. Cherchez l’erreur. Après on dira que les décideurs sont des gens compétents qui savent ce qu’ils font.
En tout cas, soyez sûrs qu’ils n’ont pas pris leur décision en fonction des intérêts des salariés du CHU et des usagers.



Guadeloupe
Extraits de l’ “Echo des Télécom”

POUR LES ACTIONNAIRES, ÇA BAIGNE
France télécom a généré 7 milliards de «cash flow» en fin d’année. Le «cash flow» c’est la capacité d’autofinancement en argent liquide obtenue dans l’année et qui ne sert pas à acheter de nouveaux éléments ni à rembourser les emprunts. Autrement dit, ce qui va dans la poche des actionnaires. L’année prochaine ce montant devrait s’élever à 6,7 milliards, après la prise en compte de la cession des «pages jaunes».

PENDANT QUE L’ACTION FT MONTE, NOUS ON RESTE LES POCHES VIDES
Ces dernières semaines, l’action France télécom est remontée au dessus des 20 euros. Il semble que ce rendement soit un atout du dossier FT pour 2007. Des profits encore pour les actionnaires comme cadeaux de fin d’année et nous «nou toujou békéké».



Extrait d’un tract du GOJ: à bas les intimidations contre les occupants de Jabrun! Non à la dictature des gros possédants!

Deux occupants de Jabrun (terres situées à la droite du pont de Convenance en allant sur Petit Bourg) ont été sommés de quitter les lieux et ont été condamnés à 500 euros d’amende chacun par le juge des référés. Ils ont été jugés alors même qu’ils n’avaient pas eu le temps de contacter un avocat. Seule la partie adverse, celle des gros propriétaires qui font main basse sur les terres de Jabrun a été entendue. Ces petits paysans pauvres, sans terre sont victimes non pas d’un «jugement» mais d’un parti pris délibéré, d’un déni de justice. On se croirait dans une république bananière et non dans un «état de droit». Mais cela n’est pas fait pour nous surprendre quand on connaît la collusion de la sainte famille: justice-gros possédants-forces de l’ordre.
Quinze autres occupants vivent depuis dix ans de tout ou partie des fruits de leurs petits jardins vivriers. L’un d’entre eux n’a comme abri qu’une baraque de fortune dans laquelle il vit.

(…) Notre indignation et notre colère aujourd’hui sont d’autant plus grandes que ces terres ont été cultivées par des générations d’ouvriers agricoles qui ont sué sang et eau pour le plus grand profit des grosses sociétés sucrières. Et avant eux, nos ancêtres esclaves.
Et voilà qu’au moment même où l’on parle des réparations de l’esclavage, au moment ou la députée Taubira déclare qu’il faudrait un véritable plan de redistribution des terres aux arrières petits fils d’esclaves, les terres de Jabrun doivent être vendues aux arrières petits fils des esclavagistes! C’est quand même un comble!
Car ce sont bien les sieurs Blandin et Barbotteau qui entendent faire main basse sur Jabrun, étendre encore Jarry, mettre encore du béton sur de bonnes terres agricoles. C’est inadmissible!
De plus, La SCEA Jabrun qui attaque aujourd’hui les occupants était dirigée par MM. Ragoumandan et Andrèze. Comment ces messieurs qui ne nous ont pas, jusqu'à présent, montré d'acte de propriété, sont-ils devenus propriétaires des terres de Jabrun dont certaines étaient gérées par le Centre de la canne et du sucre (CTCS)? On est en droit de se le demander quand on sait que le premier était président du plan d'occupation des sols de la mairie de Baie Mahault de 1983 à 1990, et que le second était président dudit Centre de la canne et du sucre ainsi qu'administrateur de la SAFER!

Le GOJ( groupe des occupants de jabrun). 27 décembre 2006.



En bref... en bref... en bref... CHÔMAGE ET MANIPULATIONS!

AIR CARAÏBES: TOUJOURS PAS D’EXPLICATION POUR LE REACTEUR
Depuis l’incendie qui s’est déclaré sur un réacteur d’un Airbus d’Air Caraïbes, le 22 décembre, peu après le décollage de Fort-de-France, aucune explication convaincante n’a été fournie.
Selon la direction, il s’agissait d’un réacteur révisé il y a peu sur un avion récent (5 ans).
On comprend que les passagers aient eu peur, et que certains aient refusé de repartir tout de suite, même si, semble-t-il, ils ont bien été pris en charge.
Espérons que la cause sera détectée pour qu’un tel incident ne se reproduise pas.

ATTERRISSAGE D’URGENCE A PÔLE CARAÏBES
Pôle Caraïbes a été le théâtre, la semaine passée, d’un atterrissage d’urgence. La cause: des toilettes bloquées depuis 4 heures sur un Boeing 747 qui se rendait de Suède au Venezuela.
Quand ça urge, ça urge! c’est donc dans une pagaille indescriptible que les passagers se sont rendus en salle de transit (ça ne s’invente pas!) pour se soulager.
Selon certains, les 1ère classe présentaient leur billet pour passer les premiers, mais les autres, refusant de prendre leur vessie pour des lanternes, ne s’en sont pas laissé conter.
On a raté une excellente occasion de faire intervenir l’armée de l’air: c’était le moment ou jamais de faire … tirer «la Chasse!»

ARBITRAIRE A ROISSY
L’épouse d’un député guinéen est restée douze jours emprisonnée en zone d’attente à Roissy. Elle était en correspondance pour Berlin et ses papiers étaient en règle. Mais les policiers n’y ont jeté qu’un coup d’œil et ils disent ne pas avoir compris ses protestations. Maintenant que l’affaire fait du bruit car il s’agit de la femme d’un notable, la police dit avoir commis une erreur. Mais combien d’inconnus sont victimes de cette police xénophobe et souvent raciste?

«CHOMEURS INVISIBLES» DANS «MINORITES VISIBLES»
Selon le collectif « les autres chiffres du chômage», les chômeurs des départements d’outre-mer ne sont jamais comptabilisés dans le bilan mensuel du gouvernement. «Je n’ai aucune explication, sinon que l’INSEE, souvent ne les intègre pas» observe M. Guenanten.

CHOMEURS DOUBLEMENT INVISIBLES
Pour déterminer le nombre de chômeurs des DOM, les chercheurs du collectif ont consulté les ANPE des DOM. Ces chômeurs seraient au nombre de 220.000. Mais on sait qu’il y a des «chômeurs invisibles» «parmi les chômeurs invisibles». Car là aussi par exemple il y a des chômeurs qui, découragés ne sont plus demandeurs d’emploi et ils sont nombreux.. ceux là sont doublement invisibles.

CREATION DES INVISIBLES
Pour expliquer l’écart entre les chiffres officiels et ceux du collectif, M. Guetanten met en cause la mise en place par l’ANPE de questionnaires comme, par exemple, celui soumis à une personne qui recherche un CDI à temps complet et dans lequel on lui demande si elle accepterait un CDD à temps partiel. «Si la personne répondait oui, elle sortait de la catégorie des personnes en recherche d’un emploi à temps complet».

LA MANIPULATION
C’est l’hypothèse ci-dessus qui permettrait peut être d’expliquer selon le collectif « autres chiffres du chômage» le glissement massif entre 1999 et 2002 de personnes en recherche d’emploi de la catégorie 1 vers les catégories 2 et 3. « Mais, ajoutait M Thomas Coutrot du collectif, « l’ANPE n’avance aucune explication non plus ».

TOUS LES GOUVERNEMENTS SONT RESPONSABLES
M. Guetanten indique à propos de ces manipulations « ça fait 25 ans que c’est comme ça »Cela signifie que tous les gouvernements, de gauche ou de droite ont largement tronqué les chiffres. On le savait bien sûr, mais il est bon de le répéter et qu’un collectif officiel se soit créé.

CHOMEUR DES DOM, SACHE DONC QUE TU ES «INVISIBLE»!
Un grand écrivain noir américain a écrit un beau roman traitant de la condition des Noirs et intitulé «homme invisible pour qui chantes-tu? ». Mais là, chômeur des Dom, tu es invisible en tant que Noir (curieux) et invisible en tant que chômeur. Dans cette société, être noir et chômeur, décidément, ça ne pardonne pas.



Les salariés des banques AFB restent vigilants

Les salariés ont reçu un courrier de l’AFB indiquant qu’elle maintenait leurs avantages du 1er janvier 2007 jusqu’au 31 octobre 2007. Pour l’AFB, la convention collective locale cessera ses effets le 31 décembre 2006 et compte tenu de ses revers en justice elle maintient les avantages individuels des salariés en attendant la signature d’un nouvel accord jusqu’au 31 octobre 2007. Mais les salariés se méfient et craignent de voir les fiches de paie modifiées à la fin du mois de janvier 2007 même si les salaires ne bougent pas, ce qui reviendrait à appliquer la convention nationale sans signer aucun accord.
En réalité l’AFB continue de faire comme si la convention locale n’existait pas. Elle fixe de façon unilatérale la date butoir du 31 octobre alors qu’elle n’a encore proposé aucun calendrier de négociations et aucun projet de rencontre avec les organisations syndicales.
En ce qui concerne le remboursement des jours de grève, la BNP a payé les 11 salariés qui avaient déposé un dossier conformément au jugement de la Cour d’Appel de Basse-Terre. Mais elle refuse d’appliquer cette décision aux autres salariés qui n’ont pas encore déposé leur dossier. C’est la même tactique pour les autres banques qui préfèrent que les salariés s’adressent au tribunal même si cela doit leur coûter plus cher. Mais s’ils pensent que les salariés vont laisser tomber, ils se trompent.
Il est clair que l’AFB veut imposer la convention nationale sans négociations et veut faire un passage en force. Jusqu’à présent les salariés ont toujours obtenu gain de cause en saisissant la justice, mais se préparent à se battre avec l’Unité Syndicale des banques AFB de la Guadeloupe qui remplace l’Intersyndicale des banques. Cette unité syndicale regroupe les syndicats de Guadeloupe (CGTG, CFTC, FO, SU BDAF, SU SGBA), en Martinique le SMBEF et en Guyane l’UTG et FO. Rappelons-nous que la CDMT et FO Martinique avaient signé l’application de la convention nationale et que la Cour d’Appel de Paris avait donné raison aux syndicats qui avaient fait valoir leur droit d’opposition (CGT, CFTC et CGC).
Donc en réalité rien n’est réglé en ce qui concerne la situation des salariés des banques AFB et il faut s’attendre à de nouvelles luttes car l’adversaire ne respecte rien.