logo COMBAT OUVRIER
Organisation communiste révolutionnaire (trotskiste)
MSN Search
PARAIT TOUTES LES DEUX SEMAINES     -     Samedi 20 décembre 2008           N° 999


Sommaire   >   Page suivante   >   Accueil   >   Archives   >   e-mail  

A la Une

Editorial

Secousses sur les prix des carburants dans les dits DOM! Préludes à des luttes plus importantes!

Depuis plusieurs semaines une série de luttes se sont déroulées dans les quatre «D.O.M» de l'état Français: d'abord à la Réunion, puis en Guyane, puis en Guadeloupe et en Martinique. C'est le problème du niveau élevé du prix des carburants qui a déclenché ces coups de colères successifs.
Depuis deux mois la population, du moins ceux qui possèdent un véhicule se plaignait amèrement des prix des différents carburants. Les ménagères se plaignaient aussi du prix sans cesse grandissant de la bouteille de gaz, bref le mécontentement était général.
Ce sont les petits patrons des secteurs utilisant beaucoup de véhicules, transporteurs, taxis, ambulanciers, etc. qui ont mis le feu aux poudres. D'abord ceux de la Réunion ont provoqué des barrages routiers bloquant toute l'île pendant plusieurs jours. Ils ont tout de suite bénéficié de la sympathie de la population. Ils ont obtenu une baisse de vingt centimes pour les professionnels et dix centimes pour les usagers. Ce n'était pas suffisant mais c'était toujours ça de pris. L'affaire s'est poursuivie sur le territoire de la Guyane à des milliers de kilomètres de la Réunion. Là la mobilisation fut plus importante et une grande partie de la population a carrément participé aux barrages du côté des petits patrons. Là aussi le gouvernement a cédé et la baisse fut plus importante (autour de cinquante centimes). Puis ce fut au tour de la Guadeloupe où toutes les organisations populaires, syndicats et partis politiques, associations culturelles, etc. se réunirent au nombre de 31 organisations pour lancer le mouvement exigeant des baisses des produits pétroliers. Une même initiative fut prise en Martinique à l'initiative de la CGTM. Mais ce sont les petits patrons qui déclenchèrent l'action les premiers, soutenus par les présidents des deux assemblées locales.
Cette action et ce soutien officiel n'étaient pas sans arrières pensées. Les autorités locales voulaient manifestement court-circuiter l'action des 31 organisations et du Comité de suivi en Martinique.
Après trois jours de barrages sévères en Guadeloupe, là aussi avec le soutien de la population, les administrations locales et la Préfecture décrétèrent une baisse tournant autour de trente centimes. Mais les 31 organisations populaires décidèrent de maintenir leur mobilisation et le 16 décembre une journée d'action fut organisée rassemblant dans les rues plusieurs milliers de personnes avec des revendications sur une nouvelle baisse des prix des carburants, mais aussi posant le problème général de la hausse des prix ainsi que le problème des bas salaires.
En Martinique, dans le même temps, les autorités décidèrent de négocier avec les sociaux professionnels, en écartant de toute négociation les organisations syndicales. Là aussi une certaine baisse a été mise en application. Mais le comité de suivi organisé par la CGTM se maintient et prépare de nouvelles mobilisations estimant que le compte n'y est pas.
On voit donc que sur un problème qui touchait l'ensemble de la population des quatre D.O.M. une certaine mobilisation populaire a fait reculer les autorités sur le prix des carburants et du gaz. On peut penser que si une action de plus grande envergure, mettant en mouvement aussi bien les populations des D.O.M. que de la France même, il serait possible d'obtenir encore davantage et de faire vraiment payer les sociétés puissantes comme TOTAL qui rackettent impunément la population et affichent avec arrogance leurs juteux profits.
Le mérite de toutes ces mobilisations sur les prix du carburant c'est qu'un mouvement est désormais lancé qui pose des problèmes plus larges que ceux-ci. Les principales revendications des travailleurs sont mises en discussion et de nouvelles mobilisations se préparent dans l'unité d'action pour le début de 2009. La rapacité des grosses sociétés pétrolières et l'aveuglement des gouvernants à leur service ont eu au moins cet effet de provoquer une envie de riposter chez les travailleurs et toute la population.
Souhaitons que cette toute petite flamme ne s'éteigne pas et qu'elle contribue à une réelle mobilisation des travailleurs salariés et de toute la population laborieuse, dès le début de 2009!



Guadeloupe
16 décembre. Forte mobilisation

Ce sont environ 4000 personnes, syndicalistes, tra vailleurs, membres d'associations, qui se sont retrouvées dans la rue pour protester contre la hausse générale du coût de la vie, pour la diminution du prix des carburants. 31 syndicats et organisations appelaient à une mobilisation ce 16 décembre. L'appel a donc été bien suivi. Les manifestants se sont regroupés sur la place de la Mairie puis ont défilé à Pointe à Pitre. Ils se sont rendus devant la sous-préfecture, où ils ont exigé qu'une délégation de 30 personnes soit reçue par le sous-préfet. Ce dernier ayant refusé de recevoir plus de 10 délégués, les manifestants l'ont laissé tomber et sont repartis en direction du boulevard Haan. Ils se sont rassemblés au carrefour de la rue Frébault, bloquant la circulation dans la zone. Par la suite, le sous-préfet a reçu une délégation de 16 personnes, mais comme on s'y attendait, il n'avait rien à proposer: il a déclaré sa volonté de s'en remettre au préfet. Les manifestants ont donc décidé de poursuivre leur mobilisation jusqu'à obtenir une réponse claire du préfet concernant leurs revendications.
A l'heure où nous écrivons, une rencontre est prévue le 17 / 12/08 entre le préfet et les représentants des manifestants.



Martinique
Les travailleurs s'organisent en comité pour la baisse du carburant

Le comité de suivi pour la baisse du prix du carburant, à l'appel de la C.G.T.M. a tenu une réunion le 5 décembre 2008 sur la question du prix du carburant. Etaient présents à cette rencontre des représentants des organisations M.I.M., R.D.M., P.P.M., U.M.P., Combat Ouvrier, les organisations syndicales C.F.T.C., C.F.D.T., les représentants des usagers, regroupés dans «l'association gas-oil» et différents syndicats de la Confédération CGTM.
A l'issue de cette assemblée où fut animé un débat de plus de deux heures, un comité de suivi a été mis en place et s'est réuni à deux reprises pour lancer un appel aux autorités, pour la baisse du prix du carburant dans les meilleurs délais.
Ce Comité a dit vouloir s'engager avec détermination pour que soit établi un contrôle populaire sur la formation et la fixation des prix des produits pétroliers en Martinique.
Il n'en fallait pas plus pour que la crainte d'un soulèvement de la population soit bien pesée par nos dirigeants de tous bords. C'est sans doute pour cela que la décision fut prise par les patrons, la Préfecture, les pétroliers et les politiques, de signer dans les meilleurs délais un accord dont le seul but était d'éviter une mobilisation populaire.
Actuellement, le gasoil est à 0,94 euros et l'essence sans plomb à 1,16 euros. Sur cette baisse, .9 cents peuvent être considérés comme "mécaniques" dus à la baisse du prix du baril. Les centimes restant (7 pour l'essence, 3 pour le gazole) sont issus de la discussion politique et du blocage de la Guadeloupe.
Cette duperie bien orchestrée, s'est déroulée sous les feux des projecteurs des médias. Et pour le décorum, c'est sous l'égide du Préfet, représentant de l'Etat, et avec la bénédiction des Président du Conseil Régional, du premier Vice Président du Conseil Général, des Présidents du MEDEF, des MPI, des patrons transporteurs que s'est déroulée la mise en scène. Et là chacun s'est voulu rassurant en se félicitant, devant les caméras, d'avoir été raisonnable en évitant le pire.
Bien sûr dans les faits, ce geste des pétroliers ne coûtera que des broutilles aux grands profiteurs des prix exorbitants tel que le groupe Total: 14 milliards de bénéfices, et la SARA qui a vu se multiplier par dix ses bénéfices en quelques années.
Mais tout cet accord semble bien fragile, car rappelons que cette décision du préfet n'est valable que pour 3 mois seulement. Alors, il serait souhaitable que la population reste vigilante et garde l'arme au pied, pour ne pas abandonner la proie pour l'ombre.



Martinique
Résultats de élections prud'homales. Succès de la CGTM

Le résultat des élections prud'homales en Martinique ont été publiés ce vendredi 5 décembre 2008 sur les ondes et dans la presse locale.
Les résultats sont les suivants:
15 sièges pour la CGTM. 6 pour le CDMT. 5 pour la CSTM-UGTM. 3 pour la CGTM-FSM.
1 pour FO et 1 pour la CGC.
Malgré le fort taux d'abstention et malgré aussi le fait que certains patrons de diverses activités professionnelles n'avaient pas fait le nécessaire pour inscrire leurs salariés, les travailleurs ont tenu à s'exprimer.
La CGTM reste le premier syndicat des travailleurs en Martinique.
Cependant, d'autres combats restent à mener sur le plan salarial et contre les licenciements abusifs, pour obliger les exploiteurs à respecter nos droits.